M
Stage photo en sarthe

Stage photo : guide du stagiaire en formation initiale

Guide à l’usage du stagiaire pour chercher son stage photo

Chaque créneau précédant la période de stage photo sur le calendrier scolaire est éprouvante pour les parents, les jeunes et… les professionnels ! Les uns multiplient les demandes et les autres reçoivent quantité de mails et de coups de fil… Comment faire pour éviter les déconvenues quand on cherche un stage dans le domaine de la photo ?

On dénombre beaucoup de demandes pour – très – peu de places disponibles et les démarches sont souvent compliquées. C’est pourquoi j’ai souhaité écrire cet article afin de donner aux futurs candidats l’ensemble des informations pour mieux aborder leurs démarches. Ce guide est dédié aux stagiaires de collège, lycée (bac pro) et études supérieures en photographie devant faire des périodes de formation en milieu professionnel.

Il est de bon ton de se poser quelques questions :

Le pourquoi de ce stage photo

Pourquoi dois-je faire un stage ? Quel est le but de ce stage ?

Une question qui semble étrange de prime abord mais qui soulève des points intéressants. En effet, certains établissements recommandent de faire des stages d’observation dans des métiers connexes (par exemple des BTS Graphisme vont découvrir la photo ou l’imprimerie pour comprendre les métiers autour du leur), certains de cibler une spécialité (la vente aux particuliers, le mariage, la retouche…). Cette question vous permettra de savoir si vous devez envoyer un mail à un studio de publicité ou à un atelier de portrait d’art, à un laboratoire de tirage photo ou à une agence de presse, par exemple.

Qu’est ce que je veux voir et apprendre ?

Une fois défini le type d’entreprise vous devez vous demander ce que vous souhaitez apprendre. En effet, si vous êtes fort en retouche d’image, peut-être souhaitez-vous vous perfectionner encore plus loin et démarcher des entreprises de retouche d’image. Mais vous pourriez tout aussi bien choisir de découvrir des axes que vous ne connaissez pas ou peu. Le stage permet donc de se découvrir, de se former ou de s’améliorer. Ce choix peut être technique, comme nous l’avons vu, mais aussi lié à votre développement personnel. Un grand timide pourra trouver un challenge intéressant dans un stage photo sur un point de vente.

Il faut bien comprendre ce point. Un stage photo peut devenir une chose pénible pour les deux parties si le stagiaire n’est pas en adéquation avec le professionnel qui l’accueille. En effet, certains lieux de stages conviendrons mieux à des personnes aux compétences techniques déjà affutées, d’autres à des débutants.

Quel professionnel pourrait m’accueillir ?

« Madame, monsieur, j’aimerai faire un stage dans votre entreprise reconnue dans [insérer ici le seul domaine que le photographe ne fait pas] »

Un stagiaire qui a sûrement copier-coller 384 fois la même chose et qui est mal tombé.

Une fois que vous avez déterminé ce que vous souhaiteriez voir ou faire et dans quel type d’entreprise, vous avez une bonne idée des structures que vous allez contacter. Ainsi vous pouvez faire des candidatures pertinentes. Car si votre candidature est à côté de la plaque, vous avez perdu et fait perdre du temps à votre interlocuteur…

Par contre, une demande ciblée qui montre à votre interlocuteur que votre démarche est bien préparée rassure le professionnel d’emblée. Il sera plus à même de souhaiter vous rencontrer.

Lequel voudra m’accueillir ?

Soyez convaincants ! Votre C.V. est à jour, la lettre de motivation parle de votre projet de stage chez ce professionnel en particulier et votre book montre votre savoir-faire ? Alors vous avez toutes les chances de votre côté.

Mais attention ! Les professionnels sont très sollicités. De ce fait, ils peuvent ne pas avoir de disponibilités sur votre période, avoir besoin de profils spécifiques à ce moment précis ou bien de ne pas prendre de stagiaires du tout…

Bref, ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier ! Certains lieux sont très demandés et vos camarades auront peut être déjà fait leur demande. Prenez votre mal en patience, votre tour viendra peut être la prochaine fois. En attendant vous aurez un stage assuré dans une autre structure.

Comment prendre contact avec le ou les professionnels susceptibles de m’accueillir ?

« Six appels en absence en moins d’une heure…sûrement un problème grave ! »

ou un candidat un tantinet oppressant
Mail et téléphone VS réseaux sociaux

Privilégiez le mail accompagné éventuellement d’un coup de téléphone pour appuyer votre demande quelques jours plus tard. La démultiplication des contacts sera au mieux pénible, au pire une véritable nuisance.

En ce qui concerne le téléphone, prenez le temps de prévoir votre appel en amont. Savoir s’exprimer au téléphone se travaille. « Sourire » quand on appelle un contact, se présenter et poser les bonnes questions sont des axes importants pour qu’un échange téléphonique soit une réussite. De la même manière tenez un registre de vos appels afin de ne pas contacter plusieurs fois la même entreprise pendant votre prise de contact.

Les réseaux sociaux sont à bannir dans leur immense majorité. Les messageries sont poussives. Elles ne permettent pas de mettre des pièces jointes. Et les demandes de contacts indirects sont collées en spams d’office. Enfin, aucun professionnel ne veut avoir à répondre à la demande de « beaugossphotografdu72 » envoyée à 1h du matin sur instagram.

Avant toute chose : préparation

Il est primordial d’avoir regardé attentivement le travail du professionnel chez qui vous souhaitez faire votre stage. Que fait il ? Comment travaille t-il ? Est-ce qu’il a un studio ? Bref, renseignez-vous sur la structure et la production de votre futur lieu de stage.

En effet, si vous souhaitiez faire de la retouche photo et que le professionnel sous-traite sa production à des prestataires extérieurs, vous allez perdre votre temps.

Enfin, petit point sur les stagiaires de troisième : il est primordial de comprendre que beaucoup de professionnels de la photographie ne peuvent pas accueillir de stagiaires de quatrième et troisième. En effet, beaucoup d’entre nous ont des emplois du temps très chargés et qu’il est difficile d’accueillir un jeune dans de bonnes conditions. Privilégiez les entreprises ayant du personnel sédentaire. Ces structures seront plus à même à faire évoluer le jeune stagiaire sur différents postes sans pour autant que ce dernier ne soit laissé à rien faire dans un coin ou, pire, qu’il ai à rester chez lui sur une journée de stage où personne ne peux l’accueillir (prise de vue dans des sites dangereux ou sensibles, déplacements sur des plages horaires trop importantes etc). Enfin, soyez sûr de votre motivation avant de candidater.

Quels supports je dois présenter ?

Le C.V. et la lettre de motivation

Pour tous les stagiaires, un C.V. et une lettre de motivation personnalisée sont des éléments obligatoires. Pourquoi ? C’est fort simple : le stage doit présenter aux jeunes un cadre professionnel, en opposition avec le cadre scolaire. En bref, l’élève (monde scolaire) doit se mettre dans la peau d’un candidat (monde professionnel). Pour cela il a à remplir certaines obligations formelles. En bref, montrer qu’il est prêt à endosser un nouveau rôle pendant la période de son stage. Au delà d’un indicateur précis pour le professionnel qui reçoit la candidature, c’est un travail pertinent pour l’élève qui doit formaliser ses acquis et son expérience dans un cadre donné et déterminer des choix de candidature.

« [ma petite perle des îles] n’a pas le temps de faire tout ça en plus des cours, elle a déjà [aquaponey, badminton et playstation] »

un parent affolé

Alors non, non et non ! Faire toutes les démarches pour son enfant n’est en aucun cas l’aider ! Si l’enfant a des difficultés vis à vis de l’orthographe, une timidité maladive ou des problèmes pour s’exprimer, c’est un bon moment pour l’aider à en prendre conscience et trouver avec lui des éléments de réponse à ses problématiques. Son avenir scolaire et par extension son avenir professionnel n’en seront que plus agréables.

Par ailleurs, avancer l’argument du manque de temps d’un collégien ou lycéen face à des professionnels qui font souvent plus de 60h hebdomadaires –quand ce n’est pas plus– est totalement hors de propos. Le métier de photographe demande une grande passion, si le futur stagiaire ne souhaite pas s’investir dans sa recherche de stage, il est fort probable qu’il subira son stage plus qu’il n’en tirera de bénéfices.

Le book

« Mon book n’est pas prêt, je vous l’envoi quand je l’aurai fini… »

un candidat « faux-départ »

Qu’il soit physique ou numérique, le book est impératif dès le début des période de stages photo conventionnés (bac pro, BTS etc). Inutile de contacter qui que ce soit si le vôtre est à l’état de concept flou. Sans cet outil, le futur maître de stage est incapable d’appréhender l’étendu de vos compétences. Candidater, c’est être prêt. Prêt à montrer son travail et à en parler. Prêt à venir en entretien rapidement si il le faut.

Le book se doit d’être exhaustif et concis à la fois. Exhaustif sur vos compétences et concis sur votre sélection de travaux. Un book de 100 images non classées est infernal à consulter. Un book de 3 photos d’une même thématique n’est pas le reflet de tout votre savoir faire…

Si vous avez des doutes, consultez vos professeurs ou des référents autour de vous. Je rencontre trop souvent des jeunes ayant un portfolio que seuls leurs parents ont vu juste avant de monter en voiture rencontrer les professionnels. C’est aberrant ! Un book doit se montrer et se (re)travailler régulièrement. C’est votre principal atout et un book bien ficelé pourra même vous accompagner après vos études. C’est pour cette dernière raison qu’il me semble impensable qu’un book soit fait « à l’arrache » en imprimant quelques images chez Carrefour et en les jetant pêle-mêle dans un vague lutin… Idem pour la clef USB contenant les divX illégaux et les dossiers en vrac que le stagiaire défilera fiévreusement pour montrer ses images.

Conclusion :

Il n’est bien évidemment pas obligatoire de répondre à l’ensemble des points évoqués dans cet article pour décrocher un stage photo en Sarthe. Cependant, j’espère avoir donné des idées de pistes d’amélioration à ceux qui ont tendance à foncer tête baisser dans ce qui leur semble être un « simple devoir d’école à plier en speed ». Ainsi vos démarches seront plus précises et plus valorisantes. Bon courage à toutes et à tous !

Tous les petits clins d’oeil et citations sont issus de vraies demandes reçues par le studio. Ce ne sont donc pas les divagations d’un photographe aigri mais bien les travers de nombreuses demandes qui n’ont malheureusement pas abouti.

Quelques conseils en vrac :

Nommez les fichiers de vos books si vous les envoyer par wetransfer / google drive et compagnie. Car recevoir « test portrait bouk pa top verssion 6.tif.jpeg » donne des sueurs froides… Surtout si il est en colocation avec « sans titre 01.png »

Si votre travail est une série qui nécessite une explication, insérez là de manière à ce que ce soit facile à consulter.

Soyez prêts tôt dans l’année afin de contacter les professionnels dès que vous avez vos dates de stage photo. Pas quatre jours avant le début…

Soyez sûrs de ce que vous voulez et de ce que vous ne voulez pas. Inutile de débarquer dans un lieu qui ne vous convient pas pour présenter votre book, vous ne serez pas dans votre élément et ça se verra.

L’entreprise n’est pas l’école. Le professionnel n’est pas votre prof, ses attentes sont donc différentes. Cela vaut aussi bien pour les tâches que vous aurez à faire au sein de la structure d’accueil que pour la présentation et la ponctualité.

Évitez d’utiliser le terme « maitrise » sur votre C.V., par avance, merci.

Faites-vous relire, il n’y a pas de mal à vouloir faire les choses soi même de A à Z, mais c’est dommage d’envoyer un C.V. avec des fautes de frappes ou un book avec une image en basse-définition. Prudence !

Si vous contactez les professionnels avec un mail « pro » créé pour l’occasion, consultez-le régulièrement. Pas uniquement quand vous êtes « en mode panique recherche de stage le dimanche soir à 22h ».

Les C.V. créatifs ne sont pas une obligation. En effet, un C.V. créatif mal réalisé est souvent moins lisible qu’un C.V. traditionnel couvert de fautes.

Remerciements :

Tout d’abord, merci d’avoir lu cet article. J’espère qu’il vous aura été utile pour vos démarches futures et qu’il vous permettra de trouver des stages de qualité ! Je tiens à remercier Florian, Caroline, Martin, Axel, Thibaut, Camille, Théo, Anaëlle et toutes celles et ceux que je ne peux citer faute de place, anciens stagiaires qui ont accompagné la vie du studio Waap! et désormais celle d’extra.studio !

Le studio accueille des stagiaires depuis plus de 10 ans et les accompagne avec passion et exigence. Si vous souhaitez candidater pour effectuer votre stage photo chez extra.studio, notre formulaire de contact est accessible par ce lien.

Si vous êtes un collègue ou un professionnel qui a des conseils à ajouter à la liste ci-dessus, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire pour améliorer l’article ! Nous souhaitons donner des conseils éclairés à l’ensemble des jeunes candidats lecteurs de cet article !

Enfin, si vous souhaitez vous former à distance, notre chaine Youtube « Codex photo » propose divers tutoriels filmés sur le thème de la photographie.

Post a comment: